La transition énergétique

Le 29 janvier 2017 :

Que vous soyez “Symphonie inachevée”, “Modern Jazz” ou “Hard rock”*, de grands traits communs se dessinent malgré tout…

Oui, oui vous avez bien entendu, bien que ces noms évoquent la musique, aucune erreur s’est glissée dans l’article. Nous sommes face aux noms très sérieux donnés à 3 trajectoires possibles de transition du modèle énergétique dans les années à venir. Et tous ces scénarios se basent sur un constat partagé :

La demande électrique mondiale devrait encore doubler d’ici 2060!

Le Conseil mondial de l’énergie est formel : le pic de demande énergétique par habitant ne sera pas atteint avant 2030.

Et selon différents scénarios envisagés, l’électricité renouvelable remplacera bien les sources fossiles, excepté dans le transport où le pétrole restera prédominant pendant encore des décennies.


Analyse. La Terre est encore loin d’être guérie des hydrocarbures. Cependant, le Conseil mondial de l’énergie entrevoit bien une transition vers l’électricité d’origine renouvelable. A l’occasion du 23e congrès mondial de l’énergie, trois scénarios énergétiques ont été présentés, imaginant des futurs alternatifs possibles. Ces trois trajectoires distinctes, poétiquement nommées “Symphonie inachevée”, “Modern jazz” et “Hard rock”(*), ont été établies avec le cabinet Accenture Strategy et l’institut Paul Scherrer, et présentent de grandes disparités selon les régions du globe. Mais de grandes tendances se dessinent.


L’éolien et le solaire remplaceront le charbon…

Première constatation, la demande énergétique par habitant atteindra son pic un peu avant 2030, elle qui a déjà plus que doublé depuis 1970. Toutes les mesures d’économies d’énergie dans les pays développés ne compenseront pas le développement effréné des émergents. Ged Davis, le président exécutif des Scénarios au Conseil mondial de l’énergie, déclare : “Il est clair que nous traversons une grande transition qui va créer un monde fondamentalement nouveau pour l’industrie énergétique. Historiquement, nous avons parlé de pic pétrolier, mais de nouvelles tendances perturbatrices conduisent les experts de l’énergie à prendre en considération les implications du pic de la demande”. Ainsi, c’est la demande en électricité qui devrait croître principalement, et doubler d’ici à 2060. L’éolien et le solaire devraient énormément progresser d’ici là : s’ils représentent aujourd’hui 4 % de la production électrique mondiale, ils couvriront, à cette période-là, respectivement 39 % et 20 % des besoins. On est toutefois encore loin du mix 100 % renouvelable avancé par Greenpeace dans son propre scénario “Energy (R)Evolution” prônant un abandon total des énergies carbonées.

… mais pas le pétrole

Selon l’une des trois trajectoires tracée par le Conseil mondial de l’énergie, l’utilisation des sources fossiles devrait malgré tout diminuer, pour ne plus représenter “que” 50 % du bouquet d’énergie primaire pour le charbon, le pétrole et le gaz. Le “budget carbone” devrait donc baisser “considérablement” au cours de 30 à 40 prochaines années, avec une transition du charbon vers le gaz naturel, moins polluant. Mais le pétrole devrait longtemps perdurer, notamment dans le secteur des transports (il représentera toujours au moins 60 % de ces besoins en 2060). Nuri Demirdoven, directeur général d’Accenture Strategy, précise : “D’ici à 2060, tous les scénarios portent à croire à une augmentation de la demande en gaz, ainsi qu’à un possible pic de la demande en pétrole, entre 2035 et 2045 “. Selon le spécialiste, les entreprises qui tireront leur épingle du jeu “seront celles qui sauront s’adapter rapidement et prendre deux mesures urgentes : repenser l’équilibre de leur portefeuille énergétique, et s’appuyer sur des technologies commerciales et digitales pour changer la façon dont elles exercent et mesurent leurs activités et performances”.

(*) “Modern Jazz” repose sur des mécanismes d’économie de marché, d’innovation technologique et d’accès à l’énergie pour tout. “Symphonie inachevée” s’appuie, elle, sur des initiatives gouvernementales, des politiques de long terme et une action concertée pour le climat. Enfin, “Hard rock” imagine une trajectoire motivée par la recherche de sécurisation énergétique dans un monde divisé et individualiste.


Source : bactiactu.com

Lien : http://www.batiactu.com/edito/demande-electrique-mondiale-devrait-encore-doubler-46564.php


Depuis le sommet de Rio, où en sommes-nous de nos consommations d’énergie ?

  • Les énergies fossiles comptent toujours pour près de 80% de la consommation planétaire.
  • Le prix du m3 de pétrole (dont est issu le fioul et le gaz GPL) a augmenté de 73% depuis 2005.
  • Le prix de l’électricité (dont 80% provient du nucléaire en France) va s’accroître à cause de la maintenance attendue de centrales vieillissantes et des travaux de sécurité nécessaires après la catastrophe de Fukushima. Et ce d’ici très bientôt, c’est inéluctable.
  • Le gaz naturel, enfin, indexé sur le prix du baril,  doit aussi augmenter malgré le gaz de schiste.

Le 29 novembre 2016 :

A la COP22, le Climate Vulnerable Forum (CVF) adopte le Communiqué de Marrakechelienne2

Ce vendredi 18 novembre, plus de 45 pays parmi les plus vulnérables aux effets du changement climatique étaient réunis à l’occasion d’une réunion organisée par le Climate Vulnerable Forum (CVF), lors de la 22e session de la Conférence des Parties (COP22).
Présidée par le ministre de l’Environnement, de la Forêt et du Changement climatique de l’Ethiopie, Dr. Gemedo Dale, cette réunion a connu l’adoption du Communiqué de Marrakech. Lu par la poétesse Kathy Jetnil-Kijiner, originaire des Iles Marshall, le Communiqué est un appel à l’action pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris et pour la volonté de maintenir l’augmentation des températures sous les 1,5°C.

« Nous [pays les plus vulnérables face aux changements climatiques], sommes unis »,

stipule le Communiqué dès sa première ligne. Le texte précise également que tous les pays n’ayant pas encore soumis une contribution déterminée à l’échelon national (NDC) conforme à une part équitable dans le cadre de l’Accord de Paris doivent mettre à jour ces contributions

« d’ici 2020 au plus tard ».

M. Gemedo Dale a déclaré : « Bien que notre contribution [au changement climatique] soit insignifiante, l’impact que le changement climatique fait peser sur nous est très élevé et nous sommes ici ensemble pour nous assurer que nous ayons un mot à dire sur notre avenir ». « Nous invitons tous les membres du CVF à poursuivre une action climatique nationale robuste », a-t-il ajouté.

Le CVF est un partenariat international des pays les plus touchés par les effets du changement climatique. Son objectif est d’exercer une pression supplémentaire sur la communauté internationale pour rehausser les ambitions face au changement climatique. Des pays de plusieurs régions du monde sont membres du CVF : Maldives, Costa Rica, Afghanistan, Bangladesh, Ethiopie, Tuvalu, Madagascar, ou encore le Népal.

Source : Site officiel de la Cop22 (cop22.ma)

Lien : http://cop22.ma/fr/#actualites/a-cop22-climate-vulnerable-forum-adopte-communique-de-marrakech


achat-groupe

Les sommets de la Terre

Organisés par les Nations Unis tous les 10 ans depuis 1972, ils ont pour objectif de stimuler le développement durable et écologique de la planète. Parmi eux, le célèbre Sommet de Rio de 1992 qui est synonyme de la prise de conscience du réchauffement climatique planétaire. Cette conférence s’est conclut par la création du programme d’actions pour le XXIe siècle (Agenda 21), de la conférence-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, de la convention sur la diversité biologique et de la convention sur la lutte contre la désertification.
Ces sommets amorcent une prise de conscience écologique mondiale et la transition énergétique est vue comme une des réponses aux problèmes environnementaux mais pas que…


1. La transition énergétique

Concept apparu il y a plusieurs années, le mot «transition» évoque le passage d’un état actuel à un état futur. Considérée de plus en plus comme la solution à nos problèmes économiques, sociaux et écologiques, la nouvelle loi de la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) adoptée en août 2015 est le nouvel arsenal juridique de la France, avec de nouveaux objectifs.

B1_C2_LTCV

Source : Actu-Environnement – MEEDDM

“LTECV – Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte

Article 1
« Art. L. 100-4. – I. – La politique énergétique nationale a pour objectifs :

« 2o De réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à la référence 2012, en visant un objectif intermédiaire de 20 % en 2030. Cette dynamique soutient le développement d’une économie efficace en énergie, notamment dans les secteurs du bâtiment, des transports et de l’économie circulaire, et préserve la compétitivité et le développement du secteur industriel ;

« 4o De porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % de cette consommation en 2030 ; à cette date, pour parvenir à cet objectif, les énergies renouvelables doivent représenter 40 % de la production d’électricité, 38 % de la consommation finale de chaleur, 15 % de la consommation finale de carburant et 10 % de la consommation de gaz.”

Pour plus d’informations :

2. Les enjeux de la transition énergétique

En quelques mots, la transition énergétique, c’est :

  • Un volet essentiel de la transition écologique.
  • Des emplois plus locaux, mieux répartis et moins délocalisables.
  • Éviter la surproduction et les consommations superflues pour mieux économiser l’énergie et bénéficier d’une meilleure efficacité énergétique tout en évitant la précarité énergétique.
  • Le passage du système énergétique actuel vers un bouquet énergétique basé principalement sur des ressources renouvelables.
  • Leur remplacement progressif pour la quasi-totalité des activités humaines (transports, industries, éclairage, chauffage, etc.).
  • Une politique déterminée par l’offre et non par la demande.
  • Le passage d’une production centralisée à une production décentralisée.

Un territoire à énergie positive pour la croissance verte, c’est un territoire qui s’implique dans la transition énergétique…

En quelques images cette vidéo illustre par des exemples la  transition énergétique appliquée sur un territoire

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *