Les principes clés
pour mieux consommer

Le saviez-vous ?

La température corporelle doit baisser d’environ 1 à 1,5° C pour commencer à dormir. Si elle est trop élevée, le cerveau ne peut pas facilement passer de l’état d’éveil à celui de sommeil, ni créer une qualité de sommeil optimale. Notre température corporelle fluctue avec la température ambiante. Les niveaux les plus bas sont atteints à l’aube, un peu avant notre réveil.

 

Le 09 janvier 2017 :

Bonne habitude à prendre : baisser la température du chauffage la nuit pour faire des économies…et surtout mieux dormir !


” Les gens ont tendance à dormir dans des ambiances un peu trop chaudes, signale Matthew Walker, professeur à l’université de Berkeley, Californie.”


La lumière et la durée ne sont pas aussi importantes pour une bonne nuit de sommeil que la température, indique le New York Times suite à de nouvelles études. La température idéale serait d’environ 18° C, 16° C pour les personnes utilisant beaucoup de couvertures. Le sommeil est un facteur primordial, car sa privation affecte l’humeur et la santé à long terme.

Les mains et les pieds

Selon Jerry Siegel, un des chercheurs de l’étude, les changements naturels de température durant la nuit pourraient être un puissant régulateur du sommeil. Certaines cellules de l’hypothalamus sentent les changements de température, et contrôlent notre sommeil d’après ceux-ci. Couvrir ou découvrir les mains et les pieds, grands régulateurs de température, peut aider à contrôler notre température corporelle.

Les vêtements de nuit légers et plusieurs couvertures faciles à retirer sont aussi idéaux. De même, prendre un long bain chaud avant d’aller dormir amène le sang en surface, ce qui est l’un des meilleurs moyens pour faire baisser la température.

Source : fr.express.live
Lien : https://fr.express.live/2016/02/25/la-temperature-est-essentielle-a-la-qualite-du-sommeil/


Le 29 novembre 2016 :

75% des Français déclarent avoir froid chez euxp1140459

Qu’ils se chauffent au gaz, à l’électricité ou au fuel, les Français ont froid. Pour un quart de la population, c’est même en permanence que le froid est ressenti à la maison. Pour la moitié, c’est occasionnellement. Ce sont les enseignements d’un sondage OpinionWay pour le site Quelleenergie.fr, que RTL révèle mardi 15 novembre. L’enquête indique également que les femmes sont plus nombreuses à déclarer ressentir le froid que les hommes, tandis que les moins de 35 ans se disent aussi plus frileux que les plus de 60 ans.


Pourtant, le budget global alloué au chauffage n’est pas négligeable dans les foyers. Il représenterait en moyenne 14% du budget total des familles. Pour réduire la facture énergétique, des solutions existent : des travaux d’isolation, ainsi que des aides et crédits d’impôt pour les réaliser. Pour autant, ils ne sont que 17% à envisager de réaliser ce genre de travaux, jugés trop chers ou fastidieux.

Le chauffage sacrifié pour le pouvoir d’achat
L’isolation du logement est pourtant essentielle.

“On peut dépenser beaucoup d’argent à chauffer une maison, mais si elle est mal isolée on chauffe autant l’extérieur de la maison que l’intérieur. Et donc au final on a froid et on dépense beaucoup d’argent”,

explique Thibaut de Robien, directeur marketing et commercial de Quelleenergie.fr, au micro de RTL.

En attendant, 39% des Français sont prêts à réduire leur confort. Quand certains baissent la température de chauffage du logement, 17% préfèrent rogner sur leurs dépenses de loisir ou d’alimentation. Et selon Thibaut de Robien, cette tendance pourrait se renforcer : “Ce qui est alarmant, c’est qu’on peut s’attendre à ce que l’énergie coûte plus cher dans les prochaines années. Donc le constat qu’on fait aujourd’hui risque de s’aggraver”.

Source : rtl.fr
Lien : http://www.rtl.fr/actu/conso/chauffage-75-francais-declarent-avoir-froid-chez-eux-7785782447


Quelque soit votre situation, votre logement et votre budget, il est possible d’économiser de l’argent en adoptant certaines habitudes tout en gardant son confort.

Baisser ses dépenses d’énergie sans faire de dépenses ? Pour cela, il faut mieux comprendre nos dépenses d’énergie pour adopter de bonnes habitudes.

1. Le chauffage, roi des dépenses d’énergie…

B2_C1

Sources : Département du Morbihan

Afin de mieux connaître le détail de nos dépenses, voici un graphique indiquant la répartition des consommations d’énergie.

Le chauffage arrive largement en tête sur le Pays de La Gacilly, d’où l’importance de connaître quelques astuces pour limiter le gaspillage d’énergie.


2. Quelques conseils simples pour faire des économies sur le chauffage


B2_C1_tableau

Sources : ADEME Bretagne (1)

  • Je maîtrise la température des pièces :
    Inutile de chauffer toutes les pièces à la même température. Certaines sont occupées toute la journée d’autres comme les chambres ou la salle de bain n’ont pas besoin d’être chauffées en permanence.
  • Je bloque les entrées d’air froid :
    Fermer les inserts de cheminées, les portes qui donnent sur des locaux non chauffés (sous-sol, cave,cellier etc). Calfeutrer les portes donnant sur l’extérieur si nécessaire voire sur des pièces non chauffées ou mal isolées ; boudins de porte, joints, mastic etc.
  • Je conserve la chaleur à l’intérieur :
    Les portes et les fenêtres sont les points faibles de l’isolation d’un logement. Penser à les utiliser réduit la sensation de parois froides et limite les déperditions de chaleur par les vitrages.
  • Je baisse le chauffage pendant mon absence :
    Inutile de chauffer les pièces à la même température que si j’étais là. Autant baisser de quelques degrés la température.

 

3. L’électricité spécifique est une source de consommation de plus en plus importante

Ce terme comprend l’éclairage, l’électro-ménager, le froid alimentaire et tout ce qui concerne les services rendus uniquement par l’électricité. Donc l’audiovisuel et l’informatique également.

Depuis 1973, la consommation  moyenne d’électricité spécifique a augmenté de 131% !

Zoom sur les consommations d’électricité spécifique

Bien que l’efficacité énergétique soit de plus en plus efficace sur nos équipements électriques, notre consommation d’électricité explose. Pourquoi? Simplement parce que nous en avons de plus en plus! Volets électriques, téléphones, tablettes, télévisions, lampes, nous ne pouvons plus nous en passer!


B2_C1_graph

Le poste “électricité spécifique” est le seul à augmenter


Quid de la différence de dépenses entre une famille équipée d’appareils économes et une autre équipée d’appareils anciens et/ou énergivores ?

B2_C1_famill2

B2_C1_famill

Sources : ADEME Bretagne (1)


  • Plus de 3000 €!

Autant dire qu’un écart de cette nature ne laisse personne indifférent et donne vite envie de vérifier l’étiquette de nos appareils…

Choisir des appareils très performants peut donc permettre de faire de grosses économies…et de réduire de 60% leur poids sur la consommation électrique.
Si tous les ménages français qui veulent s’équiper cette année en nouveaux appareils choisissaient les plus économes, on économiserait 4,9 TWh* / an, soit autant que la consommation d’électricité domestique de 2 millions de personnes.

*TWh = Térawatt-heure. 1 TWh = 1 000 000 000 KWh…

Quelques solutions

B2_C1_étiquetteNRJ


Sources : www.bloc.com

  • Je pense à renouveler mes anciens équipements
    Une vieille machine à laver ? Un vieux lave-vaisselle qui consomme sans compter ou encore un vieux frigo? Ces équipements consomment beaucoup plus d’énergie que les équipements récents car la performance énergétique est constamment améliorée
  • Je choisis à l’achat des appareils noté  A+, A++,A+++
    L’étiquette énergie d’un réfrigérateur ou d’une machine à laver donne une indication de sa consommation d’énergie du vert sombre au rouge. Ce choix est déclinable sur tous les équipements domestiques, de l’aspirateur aux ampoules.
  • J’évite d’avoir trop d’appareils électriques
    Dans les limites possibles bien sûr, je réfléchis à la nécessité réelle d’un deuxième aspirateur ou d’une deuxième télévisions etc.
  • J’adapte la taille de mes appareils électriques en fonction de ma consommation et du nombre de personnes dans le foyer.

 


4. Pour gérer au plus juste ma consommation de chauffage

 


Pour optimiser les consommations d’énergie, tous les systèmes de chauffage ont besoin d’avoir une régulation. Elle peut être individuelle comme le panneau de commande d’un chauffage électrique et/ou centralisée, notamment pour les chaudières. Cependant, les thermostats classiques (mécaniques) ne permettent de réguler qu’avec une seule température de consigne, idéalement 19°C. Cela signifie que l’on chauffe toujours à la même température, que l’on soit présent dans sa maison ou non. Or, une baisse de la température de consigne de 1°C permet une économie d’énergie d’environ 7%, il faut donc éviter de chauffer au maximum lorsque l’on est absent… et c’est le rôle d’une bonne régulation. Voici un panorama des différents types de régulation de chauffage ainsi que des conseils sur leur utilisation. Vous pourrez ainsi faire des économies de chauffage tout en maintenant un confort thermique satisfaisant.


  • Le thermostat d’ambiance :

C’est le système le plus ancien et donc le plus utilisé. Non programmable, il permet simplement de faire varier la température de consigne. Un capteur de température se charge de déclencher ou non la mise en route du chauffage.

  • Le thermostat d’ambiance programmable :

Il fonctionne exactement de la même manière qu’un thermostat d’ambiance classique à la différence près qu’il permet la mise en place de réduits de température. En effet, il sera possible de définir des plages de temps (différentes ou non) pour chaque jour de la semaine où la température de consigne sera différente, classiquement la nuit et en période d’inoccupation. Ensuite, comme le thermostat d’ambiance, une sonde de température pilotera la commande de mise en marche de la chaudière, en fonction de la température de consigne.

  • Le programmateur de chauffage :

Il fonctionne le plus souvent avec le chauffage électrique. En effet, il faut que les appareils de chauffage puissent se réguler eux-mêmes, ce qui est le cas des convecteurs, des panneaux rayonnants, etc. Le programmateur va permettre de changer automatiquement, selon des plages horaires enregistrées par l’utilisateur, le mode de chauffage des éléments de chauffage. A noter qu’il existe également quelques modèles capables de piloter des installations avec des radiateurs à eau, si ces derniers sont équipés de têtes thermostatiques programmables.

  • Les robinets thermostatiques :

Ils équipent désormais toutes les installations récentes de radiateurs à eau. En effet, un robinet thermostatique permet de gagner en confort thermique et en économies d’énergie en régulant la température d’une pièce.

Comment ça marche?

Sous l’effet des variations de la température ambiante, une sonde thermosensible va plus ou moins se dilater. Cela actionnera alors un mécanisme (le plus souvent à pointe) qui va venir réguler le débit d’eau.

Un robinet thermostatique, permet donc d’arrêter (ou du moins diminuer) le débit d’eau chaude lorsqu’il y a des apports solaires, ou intérieurs. Il va donc éviter une surchauffe inutile de la pièce. La température sera ainsi plus constante et les apports solaires se transformeront en économies d’énergie et financières.

Vous rénovez votre installation de chauffage ?

Pensez à mettre des robinets thermostatiques (autour de 30€ environ). L’installation nécessite cependant l’intervention d’un plombier sauf si vous avez quelques notions de plomberie.

Depuis peu, ils existent des têtes thermostatiques programmables. Elles permettent de faire varier la consigne selon l’occupation. Deux architectures existent, soit elles sont “autonomes”, cela signifie qu’il faut les régler une par une, soit elles sont couplées à un programmateur de chauffage (voir ci-dessus) qui pourra les piloter (individuellement, zone par zone,…).

Conclusion : Les robinets thermostatiques sont un élément essentiel d’une bonne installation de chauffage par le biais de radiateurs à eau. Ils sont d’ailleurs obligatoires dans le neuf et sont de plus en plus courants en rénovation. Couplés avec une régulation efficace, ils permettent des économies d’énergie importantes en profitant notamment des apports solaires et en garantissant le confort des occupants.

Source : conseils-thermiques.org


5. Pour faire des économies d’électricité avec l’eau chaude

Quelques conseils :

  • J’isole le chauffe-eau 

Le ballon d’eau chaude ET les canalisations de distributions doivent être isolées surtout quand ils sont situés dans une pièce non chauffée. Les pertes d’énergie sont très importantes!

  • Je régule la température de l’eau chaude

Une eau à 50°C pour un chauffe-eau instantané et 60°C pour un ballon de stockage suffit. Ça se règle directement sur le chauffe-eau ou sur la chaudière. Il faut savoir que par défaut la température de l’eau des ballons d’eau chaude est  souvent brûlante.

  • J’éteins le ballon d’eau chaude quand je pars plusieurs jours

Le ballon d’eau chaude consomme de l’énergie pour faire chauffer l’eau. En cas d’absence, il continuera de fonctionner et de produire de l’eau chaude comme si j’étais là. Ce qui n’est pas utile si je suis pas à la maison!


6. Cuisiner oui mais comment?

Quelques conseils

DSCN8878

  • Je préfère une cuisson modérée et avec un couvercle

En couvrant les casseroles et les poêles pendant la cuisson je réduis les pertes de chaleur et je fais une économie de 30%.

  • J’utilise un mode de cuisson adapté à mon équipement

Une casserole à fond plat et adaptée à la taille du foyer limite la surconsommation

  • J’évite au maximum d’ouvrir le four pendant la cuisson

Une ouverture équivaut à 20% de perte de chaleur du four. Double peine, il surconsomme pour ré-atteindre la bonne température et est allumé plus longtemps.

  • J’attends que mes plats soient froids avant de les ranger au réfrigérateur

B2_C1_leplus

Sources : ADEME Bretagne (1)

 

 

 

 


 

(1) Pour plus d’informations consultez le guide info–>Energie de Bretagne “Economies d’énergie, des gestes qui comptent”